L'accès aux services de soins pour les survivantes de MGF

La pratique des mutilations génitales féminines (MGF) reste répandue dans de nombreux pays malgré leurs néfastes et multiples conséquences sur les jeunes filles et femmes concernées. De plus, les MGF impliquent une grande violence et engendrent chez les femmes des traumatismes importants à ne pas négliger. Elles sont une violation des droits fondamentaux des filles et des femmes. 

De plus, les mutilations génitales ont un impact dommageable pour la santé des jeunes filles et des femmes. Cette pratique peut être très douloureuse et traumatisante (UNICEF, 2019).  

En effet, l’ablation des tissus génitaux sains empêche le mécanisme naturel de l’organisme. Les femmes ayant subi des MGF peuvent par la suite avoir des problèmes physiques et psychiques bien spécifiques nécessitant une prise en soin particulière (UNICEF, 2019).  

  • Comment améliorer et promouvoir la santé et le bien-être des survivantes de MGF ? 
  • Comment renforcer la qualité de l’accompagnement des survivantes de MGF ? 
  • Quel accès aux soins de santé pour les survivantes de MGF ? 

Références

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium