Les bonnes pratiques de Mainstreaming

Lors de la conférence du 27 novembre 2018 relative à l’intégration systématique de la lutte contre les mutilations génitales féminines, deux panels ont été consacré au partage de bonnes pratiques en matière de « mainstreaming » des MGF dans différents secteurs. En voici les principaux éléments.

De manière générale, l’importance de faire intégrer les MGF dans les préoccupations des gouvernements a été soulignée, notamment à travers l’inscription de lignes budgétaires consacrées à la lutte contre les MGF ainsi qu’un investissement de multiples ministères sur la question : Ministère de la Santé, Ministère de la Femme/Droits des femmes, des Affaires Sociales mais aussi Ministère des Finances, de la Coopération ou encore des Affaires Étrangères.

Il est également crucial d’impliquer les communautés concernées, y compris les jeunes, de manière systématique et directe dans toutes les étapes des programmes : de la formulation, jusqu’à la mise en oeuvre et l’évaluation. De plus, toute action doit impérativement être suivie et évaluée.

Dans le secteur de la santé

Il est souvent entendu qu’il faut dépasser la seule approche de la santé pour aller vers l’abandon des MGF. Néanmoins, rappelons-nous qu’au sein du secteur de la santé il reste déjà beaucoup de travail à faire !

  • Le secteur de la santé doit jouer un rôle non seulement dans la prise en charge mais aussi dans la prévention des MGF. Or, trop d’opportunités sont manquées par les professionnel.le.s de santé pour sensibiliser sur la question.
  • Nécessité d’intégrer les MGF dans les programmes de santé sexuelle et reproductive ainsi que dans ceux de santé maternelle et infantile : un travail à effectuer au niveau gouvernemental mais aussi au niveau de l’OMS (guidelines pour les pays, recommandations, intégration des MGF dans leurs manuels de formation …).
  • L’importance du travail quotidien du personnel de santé, y compris les médecins généralistes de première ligne. Nécessité d’ une meilleure intégration des MGF dans leur cursus scolaire, ce qui permettrait ainsi à ces membres très respectés au sein des communautés de jouer un rôle essentiel en matière de prévention.
  • Il est important de trouver des opportunités pour intégrer les MGF dans des programmes de santé plus larges.
  • Les professionnel.le.s de santé doivent oser en parler avec leurs patientes.

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet :

Dans les programmes d’amélioration des droits des femmes et/ou de lutte contre les violences faites aux femmes

  • Si les MGF constituent une violation grave du droit des filles et des femmes, elles ne sont pourtant que rarement abordées dans les grands programmes mis en place au niveau gouvernemental pour lutter contre les violences faites aux femmes (violence conjugale, violences sexuelles, harcèlement sexuel …).
  • Importance d’intégrer les MGF dans les séances d’éducation sexuelle à travers une approche holistique de la sexualité, privilégiant une méthodologie participative. Aborder les MGF dans un cadre plus large des normes de genre et des dictats de genre concernant la sexualité.
  • Les professionnel.le.s travaillant avec les besoins primaires des femmes concernées par les MGF doivent aussi être informé.e.s des questions de genre et pouvoir intégrer cet aspect dans leur travail.

Dans les autres secteurs

  • Faire entrer les MGF dans les préoccupations des leaders et institutions religieuses : Importance d’outiller le personnel religieux en matière d’argumentaire non seulement religieux mais aussi médical et sociologique. Comme les structures religieuses sont souvent très hiérarchiques, il est souvent nécessaire d’atteindre la personne tout en haut de l’échelle, en évitant parfois d’aborder le sujet de manière frontale. Les leaders religieux pourront profiter de leurs prêches et de leur influence dans la communauté pour aborder la question des MGF et faire de la prévention.
  • Utilisation des médias : journaux, radios, films populaires, ainsi que des outils tels que le théâtre communautaire pour sensibiliser les communautés, et faire de l’art un vecteur de sensibilisation et de lutte.
  • Les programmes scolaires, dans les pays directement touchés par les MGF, comme dans les pays accueillant des communautés affectées par les MGF.
  • … et encore d’autres liens à explorer, comme l’impact du réchauffement climatique sur les mutilations génitales féminines. Exemple du Kenya : Avec la sécheresse, les pasteurs ont perdu beaucoup de bétail, et vu que le fait de marier sa fille permet de recevoir des bêtes, les communautés sont incitées à exciser et marier leurs filles très tôt pour reconstituer leur cheptel.