La médicalisation des mutilations génitales féminines

Qu’est-ce que la médicalisation des MGF ?

La médicalisation des MGF sont les « situations dans lesquelles ces mutilations sont pratiquées par une catégorie ou une autre de personnel de santé, que ce soit dans un dispensaire public ou privé, à domicile ou ailleurs » (World Health Organization, 2010). Les médecins, médecins adjoints, cliniciens, infirmières, sages-femmes, les accoucheuses traditionnelles formées et autres personnels chargés de fournir des soins de santé à la population, dans le secteur privé comme dans le secteur public, de même que les agents de santé retraités continuant à procéder à ces mutilations. (World Health Organization, 2010)

A l’exception de l’Egypte où les médecins sont les principaux praticiens des MGF, ce sont majoritairement les infirmièr.e.s et sages-femmes qui les pratiquent dans les pays à fort taux de médicalisation des MGF (Population Council, 2017) .

Tableau du Population Council, 2017, p. 13

Où les MGF sont-elles médicalisées ? 


Selon un rapport du Population Council de février 2017, cette pratique concernerait près de 26% des femmes ayant subi une MGF (soit près de 16 millions de femmes et de filles). 91% de ces opérations ont été réalisées en Egypte, au Soudan ainsi qu’au Nigéria. La Guinée et le Kenya présentent également une forte hausse de la pratique médicalisée des MGF (Shell-Duncan B., Njue C. and Moore Z., 2017), ainsi que l’Indonésie, la Malaisie, le Mali et le Yémen (28toomany, 2016). « A partir des données autodéclarées sur la médicalisation obtenues par les femmes de 15 à 49 ans pour 25 pays, nous observons que 74% rapportent avoir été excisées par les praticien.ne.s traditionnel.le.s. 26% des femmes excisées – soit près de 15 millions de femmes – rapportent avoir été excisées par un.e professionnel.le de santé. Parmi elles, 51% vivent en Egypte, et 34% au Soudan. Le taux de médicalisation est la proportion de MGF pratiquées par un.e professionnel.le de la santé (médecin, infirmière, sage-femme, autre). Les taux de médicalisation les plus élevés sont comptabilisés dans 5 pays : Egypte (38%), Soudan (67%), Guinée (15%), au Kenya (15%) et au Nigéria (13%). La comparaison des données disponibles pour les mères de 15 à 49 ans et leurs filles, témoigne d’une hausse substantielle des taux de médicalisation dans tous les pays à l’exception du Nigeria. » (traduit de l’anglais par la CoP MGF, page 10)


Une tendance à la hausse


Afin d’identifier les tendances actuelles de la médicalisation et comprendre son évolution au cours du temps, il est intéressant de s’intéresser aux taux de prévalence selon les tranches d’âge. On constate ainsi que le pourcentage de filles entre 0 et 14 ans ayant subi une MGF médicalisée est systématiquement plus important que chez les femmes de 15 à 49 ans. Il apparaît ainsi que de plus en plus de parents confient leurs filles aux professionnel.le.s de la santé pour réaliser une MGF. La hausse est particulièrement frappante en Egypte où 75% des filles ont été excisées médicalement contre 15% des femmes ou encore en Guinée où seules 5% des femmes sont concernées contre 30% des filles.

28toomany, 2016, The Medicalization of FGM, Access here

Chege J., Askew I. and Liku J., 2001, An assessment of the alternative rites approach for encouraging abandonment of female genital mutilation in Kenya, Access here

El-Gibaly O. and Aziz M., 2019, Health care providers’ and mothers’ perceptions about the medicalization of female genital mutilation or cutting in Egypt: A cross-sectional qualitative study, Access here

Human Rights Europe, 2010, Violence Against Women: Teliwel Diallo On Female Genital Mutilation, Access here (video)

Jaldesa G. W. , Askew I., Njue C. and Wanjiru M., 2005, Female Genital Cutting among the Somali of Kenya and Management of its Complications, Access here

Kenya National Bureau of Statistics (KNBS), 2010, DHS Final Reports, Access here

Kenya National Bureau of Statistics Nairobi, 2014, Demographic and health Survey, Access here

Kimani S. and Kabiru C., Population Council, 2018, Shifts in Female Genital Mutilation/Cutting: Perspectives of Families and Health Care Providers. Evidence to End FGM/C: Research to Help Women Thrive., Access here

Kimani S., Kabiru C. W., Mutechi-Strachan J. and Guyo J., 2020, Female genital mutilation/cutting: Emerging factors sustaining medicalization related changes in selected Kenyan communities, Access here

Kimani S., Muteshi J. and Jaldesa G., 2018, Medicalization of FGM/C among the Abagusii of Kenya, Access here

Kimani S. and Shell-Duncan B., 2018,  Medicalized Female Genital Mutilation/Cutting: Contentious Practices and Persistent Debates, Access here

Njue C. and Askew I., 2004, Medicalization of Female Genital Cutting Among the Abagusii in Nyanza Province, Access here

Obianwu O., Adetunji A., Dirisu O., Population Council, 2018. “Understanding medicalisation of Female Genital Mutilation/Cutting (FGM/C): a qualitative study of parents and health workers in Nigeria. Evidence to End FGM/C: Research to Help Women Thrive, Access here

Population Reference Bureau, 2018, Understanding the Impact of Medicalisation on Female Genital Mutilation/Cutting, Access here

PRB, 2020,  Understanding the Impact of Medicalisation on Female Genital Mutilation/Cutting, Access here     

Refaat A., 2009, Medicalization of female genital cutting in Egypt, Access here

Richard F. and Decoster K., 2016, Why we should be against the medicalisation of Female Genital Mutilation, Evidence to End FGM/C: Research to Help Girls and Women Thrive consortium Access here

Serour G., 2013, Medicalization of female genital mutilation / cutting,  Access here

Shell-Duncan B., 2001, The medicalization of female “circumcision”: harm reduction or promotion of a dangerous practice?, Access here

Shell-Duncan B., Njue C. and Moore Z., 2017, The Medicalization of Female Genital Mutilation/Cutting:What do the Data Reveal?, Access here

UNICEF, 2017, Baseline Study Report: Female Genital Mutilation/ Cutting and Child Marriage among the Rendille, Access here

World Health Organization, 2010, Global strategy to stop health-care providers from performing female genital mutilation, Access here

Yussuf M., Matanda D. and Powell R. A., 2020, Exploring the capacity of the Somaliland healthcare system to manage female genital mutilation/cutting-related complications and prevent the medicalization of the practice: A cross-sectional study, Access here

Plus d’articles et recherches du Population Council ici

Des chiffres sur la médicalisation des MGF par pays sont également disponibles sur le site Web de l’UNICEF.

« La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines » fait partie du projet « Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF », soutenu par le « Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF ».
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium