Approches transformatrices en genre pour mettre fin aux mutilations génitales féminines

S'attaquer aux inégalités de genre dans la programmation contre les MGF

“Bien que les communautés invoquent de nombreuses raisons pour soumettre les filles aux MGF, en tant que pratique néfaste liée au genre, elle est l’expression du pouvoir et du contrôle sur le corps des filles et des femmes et sur leur sexualité. Les MGF sont une forme de violence fondée sur le genre et sont enracinées dans des relations de pouvoir inégales entre les hommes et les femmes qui sont ancrées dans un système qui se maintient par des stéréotypes et des normes de genre discriminatoires, ainsi que par un accès et un contrôle inégaux des ressources. Pour des filles et les femmes dont les aptitudes, les compétences et les biens sont limités, le mariage est souvent une question de sécurité économique et d’inclusion sociale. Par conséquent, les MGF sont souvent pratiquées pour améliorer l’aptitude au mariage d’une fille. Bien que les parents puissent être conscient.e.s des risques liés aux MGF, il.elle.s vont souvent faire subir cette pratique à leurs filles car les gains (sécurité économique et inclusion sociale) l’emportent sur les pertes (conséquences sur la santé)”.
UNICEF, 2021, GENDER TRANSFORMATIVE APPROACHES FOR THE ELIMINATION OF FGM – TECHNICAL NOTE (en anglais)

Les adolescentes et les jeunes femmes subissent des formes multiples de violences dès leur plus jeune âge. Outre les pratiques nuisibles telles que les mutilations génitales féminines et les mariages d’enfants, précoces et forcés, elles peuvent être soumises à différentes formes de violences exercée par un partenaire ainsi qu’à des violences sexuelles par leur partenaire ou une autre personne. Ces formes de violences basées sur le genre peuvent se chevaucher tout au long de la vie d’une femme.

Bien que des progrès aient été réalisés en matière d’égalité de genre et de lutte contre les violences basées sur le genre, dont les mutilations génitales féminines, les filles et les femmes dans le monde entier restent confrontées chaque jour à des obstacles, à la discrimination et à la stigmatisation lorsqu’elles cherchent à exercer leurs droits humains fondamentaux.
Comme toute autre forme de violence basée sur le genre, les MGF sont étroitement liés aux relations de pouvoir entre les hommes et les femmes. Les MGF sont une manifestation de l’inégalité entre les sexes et doivent être abordées à ce titre.

 C’est pourquoi les expert.e.s souligent l’importance d’adopter des approches transformatrices de genre dans les programmes visant à informer et à sensibiliser les communautés aux effets négatifs des mutilations génitales féminines, et à éliminer cette pratique à long terme.

Les approches transformatrices de genre comprennent des mesures visant à informer/sensibiliser, voire transformer les hommes et les garçons sur la question de la masculinité toxique, à remettre en question les normes sociales liées au genre, y compris les stéréotypes de genre nuisibles, et à favoriser l’autonomisation des femmes et des filles. Ces programmes doivent remettre en question les rôles et les dynamiques de pouvoir liés au genre, et s’efforcer de les contrer tant au niveau institutionnel que de la société.

En octobre et novembre 2021, AIDOS, GAMS Belgique et le Réseau européen End FGM ont organisé un Dialogue international virtuel des parties prenantes (ISD) sur le thème des “Approches transformatrices de genre pour mettre fin aux MGF” (ATG). Le Dialogue a rassemblé des professionnel.le.s des secteurs public, privé et de la société civile, en Afrique, en Europe et au-delà, travaillant à l’élimination des MGF.

Trois réunions (de 2 heures chacune) ont été organisées au cours des mois d’octobre et de novembre. Lors de la première réunion, le sujet a été introduit et des exemples d’ATG visant à mettre fin aux MGF ont été partagés. Lors de la deuxième réunion, les participant.e.s ont partagé leurs expériences du terrain, en se concentrant sur les défis auxquels elles set ils ont été confronté.e.s. Enfin, lors de la troisième réunion, des solutions possibles à ces défis ont été identifiées. L’objectif de l’ISD 2021 était d’apporter des recommandations concrètes aux bailleurs et aux acteurs clés dans le domaine de la prévention et de la prise en charge des MGF, par le biais du groupe de travail des bailleurs sur les MGF (Donor working group, DWG) qui se réunit chaque année en novembre.

Plus d’informations sur le dialogue des parties prenantes 2021 ici.

Dans cette section du site, vous trouverez un aperçu des principaux résultats du Dialogue international des parties prenantes et de la discussion qui a suivi au sein du groupe Google de la CoP MGF, en novembre 2021.

Orchid project (2021) A gender-transformative approach to ending female genital cutting: Changing harmful gender and power imbalances – Policy discussion paper October 2021

Plan International, 2019, OUR GENDER TRANSFORMATIVE APPROACH: TACKLING THE ROOT CAUSES OF GENDER INEQUALITY,  Access : https://plan-international.org/eu/blog-alex-munive-gender-transformative-approach   

RUTGERS, 2021, GENDER TRANSFORMATIVE PROGRAMMING QUICKSCAN, Access:  https://www.getupspeakout.org/sites/default/files/2020-11/Rutgers%20GTA%20Quickscan.pdf 

UNICEF, 2021, GENDER TRANSFORMATIVE APPROACHES FOR THE ELIMINATION OF FEMALE GENITAL MUTILATION TECHNICAL NOTE, Access: https://www.unicef.org/documents/gender-transformative-approaches-elimination-female-genital-mutilation

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium