Rapport du webinaire médical sur la désinfibulation

Rapport du webinaire médical sur la désinfibulation

Le 02 décembre 2022 s’est tenue un webinaire de formation médicale du personnel hospitalier sur la désinfibulation organisé par la CoP MGF.

La CoP MGF a invité le Dre Jasmine Abdulcadir, Gynécologue obstétricienne, spécialiste de la question, afin de partager son expertise et ses recommandations aux participants et participantes. Cette formation s’articulait autour d’une présentation de la désinfibulation d’un point de vue médico-chirurgical mais également psychologique à prendre en compte dans la prise en charge de la patiente qui souhaite recourir à une désinfibulation. L’ensemble des recommandations sont soutenues par l’OMS (2016, 2018), qui prévoit de renouveler ses guidelines l’année prochaine.    

Ce webinaire s’adressait aux professionnel.le.s de la santé (gynécologues, médecins généralistes, médecins en formation, sages-femmes, étudiantes sages-femmes…), susceptibles d’accompagner les filles et femmes concernées par les mutilations génitales féminines, plus particulièrement de type III – à savoir l’infibulation.  

Avant de procéder au rapport détaillé du webinaire, une présentation de notre intervenant s’impose. Le Dre Jasmine Abdulcadir est une gynécologue-obstétricienne exerçant en Suisse; en 2010, à Genève, elle inaugure les premières consultations destinées aux femmes et filles concernées par les mutilations génitales féminines (MGF). L’opération des femmes infibulées en ayant recours à la technique de la désinfibulation figure parmi les services qui y sont proposés. Ces consultations accueillent entre 20 à 30 femmes par mois soit,  environ 300 patientes par an, la majorité d’entre elles souffrant de MGF de type III et provenant d’Afrique de l’Est 

Pourquoi faire un webinaire médical sur la désinfibulation?    

L’infibulation peut entrainer des complications physiques ou psychiques chez la femme infibulée. Infections, douleurs, difficultés lors de l’accouchement font partie des conséquences les plus courantes de cette pratique.  

D’une part, on note que depuis l’année dernière, les membres de la COP MGF ont partagé un certain nombre de constats et de besoins entre autres :  la difficulté de trouver des médecins qui font la désinfibulation pour un type III (infibulation) en Guinée ou au Sénégal…., le refus dans certains cas par des professionnel.le.s du secteur médical de procédé à une désinfibulation, la difficulté de trouver des services offrant une prise en charge aux survivantes de MGF, souffrant des conséquences sociales et psychologiques en Guinée Conakry, Mali, Burkina Faso,… , La difficulté de trouver des services de soins gratuits pour les survivantes de MGF. Même lorsqu’il y a la possibilité de payer les consultations.    

De plus, les mutilations génitales féminines (MGF) ont de multiples conséquences néfastes sur les jeunes filles et femmes concernées par les MGF. Par ailleurs, les MGF impliquent une grande violence et engendrent chez les femmes des traumatismes importants à ne pas négliger. C’est pour cela qu’il est nécessaire de s’interroger sur le vécu de ces femmes et sur la manière de les prendre en soins ainsi qu’à leur culture et de comprendre comment conjuguer avec dans leur prise en soins.    

D’autre part, la désinfibulation est une intervention recommandée pour réduire les complications obstétricales et les infections urinaires récurrentes (OMS 2018 – Lignes directrices de l’OMS sur la prise en charge des complications des mutilations sexuelles féminines). Si elle est relativement simple et rapide d’un point de vue chirurgical, elle peut provoquer de grands changements pour la femme concernée : peur, changements au niveau du corps, stigmatisation par la communauté, …   De plus, des signalements de cas de dépression post-désinfibulation, de sensation d’avoir été violée, d’absence de consentement éclairé (pas de traduction dans la langue de la patiente) ont été constatés en Belgique par exemple mais aussi dans plusieurs autres pays.  

 

Abdulcadir, J. (2018, 4 avril). Defibulation : a visual reference and learning tool. (2018, 4 avril). [Vidéo]. YouTube. [Vidéo]. YouTube. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=fbKPqE6Vj_c  

  

Abdulcadir, J., Sachs Guedj, N. & Yaron, M. (Éds.). (2022). Female Genital Mutilation/Cutting in Children and Adolescents : Illustrated Guide to Diagnose, Assess, Inform and Report (1re éd.). Springer Cham. doi: https://doi.org/10.1007/978-3-030-81736-7   

  

GAMS [GAMS Belgique GAMS Belgie]. (2021, 31 mai). Desinfibulation – FRENCH [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=v5kdrj6oWuk&t=3s  

 

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium