Financements innovants et MGF, de quoi s'agit-il ?

Dans un contexte financier mondial difficile, où les formes traditionnelles d’aide au développement et de subsides institutionnels sont très sollicitées, les approches innovantes de financement apparaissent comme une solution complémentaire pour générer des sources de financement durables au service des objectifs du développement durable (ODD).  

Le financement innovant (également connu sous le nom de financement alternatif) est un terme général inventé au début des années 2000, il est utilisé depuis plus de deux décennies pour décrire le large éventail de mécanismes de financement qui ne relèvent pas du modèle de financement classique de l’aide publique au développement (APD). Les financements innovants représentent un changement dans la manière dont les partenaires du développement procèdent à la mobilisation des ressources et reposent sur le rôle réduit de l’APD et un rôle plus important pour le secteur privé. 

Il s’agit alors de mettre en place des mécanismes de financements originaux d’un type nouveau qui permettent de collecter des fonds pour les projets sur les MGF en plus des financements traditionnels apportée par les Etats ou des organismes internationaux.  
Ces mécanismes présentent par rapport au financement traditionnel (lequel est aléatoire, stagne et dépend de la situation politique et économique des pays), l’avantage d’être plus prévisibles, stables et réguliers.  

Le financement innovant ne concerne pas seulement les finances, il comprend l’expertise technique, les connaissances et la création de partenariats qui favorisent la mobilisation de ressources supplémentaires grâce à de nouveaux mécanismes et instruments de financement, une meilleure utilisation des ressources traditionnelles grâce à un déploiement plus efficace. Outre la promotion d’un financement axé sur les résultats qui garantirait de meilleurs résultats aussi. 

Les financements innovants s’appuient sur l’idée d’une plus juste répartition des richesses en faisant contribuer au financement du développement les secteurs les plus mondialisés (secteur privé, secteur financier, transports aériens et maritimes, mécanismes de marché, etc.), à côté des actions de générosité (des particuliers par exemple), afin de contribuer à la « mondialisation de la solidarité ».  

La mobilisation de fonds pour lutter contre les MGF est un défi majeur qui doit être relevé en explorant de nouveaux mécanismes pour garantir une combinaison de ressources publiques et privées supplémentaires, liées à des résultats concrets. Actuellement, les programmes de MGF sont largement financés par des sources publiques internationales et peu de sources privées. Dans le cas des sources publiques internationales, les financements proviennent de donateurs bilatéraux et multilatéraux, alors que pour les sources privées, ils proviennent principalement de particuliers philanthropes.   

Malgré l’immense intérêt pour le financement innovant exprimé par les partenaires au développement et la société civile, on ne sait pas encore quel impact il a eu sur le paysage du financement du développement, il est donc nécessaire d’approfondir l’évaluation du financement innovant dans l’espace des MGF. 

Qui est surtout concerné ? Lieux ou contextes dans lesquels le financement innovant parait le mieux adapté  

Les financements innovants sont destinés aux pays en développement mais pas seulement, il est également destiné à tout autre pays. On note en particulier qu’il est de plus en plus recommandé aux collectivités locales les plus pauvres, qui n’ont pas, ou insuffisamment, accès aux financements traditionnels.  

 Avec cette discussion, nous espérons que nous pourrons réfléchir et partager nos réflexions sur les questions ci-dessous : 

  1. Où le financement innovant a-t-il déjà été utilisé dans l’espace de la société civile afin que les meilleures pratiques puissent être adoptées et améliorées ?
  2. Les financements innovants peuvent-ils fournir des ressources stables et prévisibles pour mettre fin aux MGF ?

Dans sa publication, le Programme conjoint UNICEF-UNFPA (JP) pour mettre fin aux MGF, l’UNICEF déclare que le Programme conjoint renforcera ses efforts de mobilisation des ressources pour générer des finances supplémentaires à partir de sources multiples avec des mécanismes de financement alternatifs. Il ira au-delà des sources de financement existantes pour explorer divers volets grâce à des partenariats avec le secteur privé, des fondations et d’autres. Le PJ examinera également activement, et en consultation avec les parties prenantes, les opportunités d’utilisation catalytique de ses ressources pour mobiliser des financements supplémentaires, des partenariats de financement innovants et des modalités alignées sur les résultats souhaités’’. (UNICEF|UNFPA, Delivering the Promise: End FGM by 2030) 

3. Des initiatives de financement innovantes peuvent-elles renforcer l’appropriation nationale des campagnes de lutte contre les MGF ? 

Étant donné que le financement des projets de MGF provient de bailleurs de fonds internationaux ou multilatéraux, une source de revenus innovante ou un financement stratégique devrait impliquer des acteurs nationaux clés, y compris les gouvernements. De cette façon, les MGF seront un problème qui préoccupe tout le monde dans les pays à forte prévalence au lieu d’être laissé à quelques organisations de la société civile. 

4. Le financement innovant des initiatives de lutte contre les MGF est-il durable à long terme ?

L’un des problèmes mentionnés par les membres est le fait que le financement des programmes de lutte contre les MGF est limité à une courte période de temps qui permet rarement d’évaluer l’impact du programme. Ainsi, il est difficile d’évaluer qualitativement diverses initiatives et de corriger le tir là où l’impact n’a peut-être pas été optimal. Si la source de financement est diversifiée, on suppose que les organisations de base seraient enfin en mesure de soutenir la lutte contre les MGF et enfin de mesurer le succès et l’impact des programmes. 

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium