Loi et MGF en Asie

Le contexte de la loi en Asie

Contrairement à la croyance commune selon laquelle les MGF ne sont pratiquées qu’en Afrique et dans quelques pays d’Asie, il est de plus en plus évident que les MGF sont pratiquées dans le monde entier, dans de nombreux pays d’Afrique, d’Asie, du Moyen-Orient, d’Amérique latine, d’Europe et Amérique du Nord, parmi les communautés autochtones et/ou diasporiques. Une étude publiée en 2020 par Equality Now montre désormais que les MGF sont effectivement pratiquées dans 92 pays, et que seulement 51 d’entre eux ont promulgué des lois pour lutter contre les MGF (Equalty Now,2020).

Dans son blog intitulé : Je suis une survivante de l’excision qui a enfin son mouvement #MeToo, Farzana Doctor décrit la pratique parmi les Dawoodi Bohras, une sous-section de l’islam chiite ismaili à Mumbai, en Inde, et y est connue sous le nom de khatna ou khafd. Même si les Borhras sont principalement situés en Asie, la majorité étant en Inde et au Pakistan, il existe maintenant des communautés de la diaspora au Moyen-Orient, en Afrique de l’Est, en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et dans certaines parties de l’Asie. Khatna est considéré comme un élément clé de la culture de la communauté Dawoodi Bohra et a été mis en évidence ces dernières années grâce aux recherches et à la sensibilisation avec succès par Sahiyo et Speak out on MGF (28 Too many, 2019).

Les MGF sont pratiquées en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka, au Bangladesh, en Thaïlande, en Malaisie, au Brunei, à Singapour, au Cambodge, au Vietnam, au Laos, aux Philippines et en Indonésie ; cependant, aucun de ces pays n’est soutenu par le Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’abandon des MGF (Wiley online library, 2020)

La loi contre les MGF dans la plupart des pays est inexistante ou silencieuse. Les poursuites contre les MGF peuvent être engagées en utilisant d’autres instruments juridiques qui protègent : la maltraitance des enfants en Inde et au Sri Lanka par exemple.

Une version modifiée du graphique original par Equality Now

Loi et MGF en Asie du Sud-Est

Singapour

Il n’y a pas encore de loi interdisant la pratique des MGF à Singapour, et le gouvernement reste silencieux sur la question, pourtant, certaines cliniques proposent de les pratiquer pour moins de 20 dollars.

Indonésie

Il y a eu des tentatives d’interdiction des MGF en 2016 par le gouvernement indonésien. Il a été rapporté cependant qu’en raison de la pression des groupes religieux, le gouvernement s’est maintenant éloigné de cette décision. Au lieu de cela, pour tenir compte des considérations religieuses et culturelles, le gouvernement a publié des règlements autorisant le personnel médical de pratiquer  des méthodes « moins intrusives » pour assurer plus de sécurité aux filles. (The Borgen project, 2020)

Malaisie

Il n’y a pas encore de loi contre les MGF en Malaisie. En fait, les MGF sont considérées comme FATWA (Obligatoire), sauf dans des conditions particulières où elles seraient considérées comme nuisibles. En 2012, le ministère de la Santé de Malaisie a appelé à la standardisation de la pratique, ajoutant son poids et soutient à la pratique, la normalisant ainsi.

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium