Je suis une survivante d'excision/MGF qui a enfin son moment #MeeToo

par Farzana Doctor

« Ma meilleure amie est une femme bohra. Nous nous connaissons depuis des décennies, mais nous n’en avons jamais parlé. Dois-je lui demander si elle a été victime de khatna ?

Cette question a été posée lors de la partie questions-réponses d’une conférence d’auteur que j’ai donnée lors de la tournée de mon roman Seven cet automne. Seven raconte l’histoire d’une femme de quarante ans qui rentre en Inde, un voyage pour sauver son mariage.  Elle recherche un ancêtre vénéré. Pendant qu’elle est là, le khatna, une forme d’excision/mutilation génitale féminine (MGF) pratiquée par sa communauté Dawoodi Bohra, fait la une des journaux. Ses cousines ​​préférés sont à l’opposé du débat, et elle ne sait pas trop comment ni quoi ressentir.

Alors que la plupart de mes interviews et conversations de livres commencent par l’intrigue, le cadre et les personnages, elles se tournent presque toujours vers des questions sur les MGF/E. Ce n’est pas étonnant. La plupart des membres de l’auditoire ont peu d’informations ; alors que des militants de pays africains tirent la sonnette d’alarme depuis des décennies, le khatna n’est devenu une partie du discours médiatique dominant en Inde et dans d’autres pays qu’aux alentours de 2015.

Les MGF consistent à couper, blesser ou altérer les organes génitaux féminins sans but médical. Ellescausent des dommages physiques, émotionnels et sexuels et est le plus souvent fait pour des raisons telles que le maintien de la pureté sexuelle. Parfois, d’autres raisons sont invoquées, notamment la propreté et l’appartenance à la communauté.

Globalement, nous savons que les MGF sont pratiquées dans 92 pays à travers le monde, à partir d’endroits qui pourraient surprendre, notamment la Russie, l’Indonésie, la Colombie. Au cours des dernières années, des femmes chrétiennes américaines blanches, comme Renée Bergstrom, ont dénoncé les MGF auxquelles elles étaient confrontées. Nous (survivantes des MGF) vivons notre moment #MeToo comme nous sommes de plus en plus nombreuses à dénoncer publiquement cette pratique.

Et pourtant, cela reste un sujet difficile à aborder. Je le sais par expérience personnelle. Lorsque j’ai essayé de rassembler un groupe d’amis et de membres de la famille Bohra à l’esprit libéral pour organiser un événement de sensibilisation en 2016, personne n’a répondu à mes e-mails.

Les proches qui soutiennent mon activisme changent souvent de sujet si je le soulève. Je comprends; le khatna est un traumatisme, et la plupart des traumatismes sont enveloppés d’une couche de honte et de secret qu’il est difficile de percer. J’ai appris qu’ il était incroyablement libérateur de pouvoir parler avec les bonnes personnes quand on est émotionnellement prête.

Mais revenons à la question de cette membre du public : devriez-vous en parler à votre amie ? Et comment?

Oui, commencez une conversation, mais ne commencez pas par une enquête pointue qui pourrait ressembler à une intrusion si l’expérience a été réprimée (une stratégie d’adaptation courante) ou autrement gardée silencieuse.

En tant que psychothérapeute, j’ai appris que les questions ouvertes et exploratoires aident les gens à se sentir plus à l’aise et en sécurité pour parler de problèmes difficiles. Je soulève des problèmes, je suis patiente, je surveille le langage corporel des gens et je reviens en arrière si nécessaire. En tant qu’amie, j’y vais avec une touche encore plus légère lorsque je parle de sujets tabous ou angoissants.

Voici sept étapes pour ouvrir une conversation avec votre Bohra (ou une autre amie qui pourrait être une survivante de l’excision/mutilation féminine) :

  1. Commencez par en apprendre le plus possible sur le problème.

Brisez les mythes dont vous ne savez peut-être même pas que vous détenez.

  1. Soulevez doucement le sujet avec votre amie, peut-être en faisant référence à un article ou à un livre.

Dans le cas de la personne qui avait posé la question, j’ai suggéré qu’elle mentionne être à mon discours d’auteur.

  1. Demandez à votre amie si elle a également entendu parler du problème et écoutez sa réponse.
  2. Notez tous les indices verbaux et non verbaux qui indiquent une limite.

Si vous n’êtes pas sûr, demandez directement :

“Est-ce que tu veux parler de ça ? Je ne sais pas ce que tu penses du problème, ou quelles sont tes expériences et je ne veux pas te mettre mal à l’aise. Je veux que tu saches que je suis ton amie et prête à t’écouter”.

  1. Gardez de l’espace/Soyez la pour elle – cela signifie bien écouter et ne pas parler de vous ou de vos sentiments forts à propos du sujet.
  2. Cela peut entraîner un dialogue ouvert ou une fermeture.

Notez que si c’est ce dernier qui se passe, ce n’est pas grave. Vous avez clairement indiqué que vous êtes ouvert.e à la discussion et peut-être qu’elle y pensera et reviendra vers vous. N’oubliez pas que cela pourrait être une conversation difficile pour elle.

  1. Votre amie pourrait être opposée à la pratique.

Mais peut-être pas. Elle peut être confuse, dans le déni ou en faveur de la pratique. Les dirigeants pro-khatna ont raconté à la communauté des mensonges tels que : c’est inoffensif, ce n’est qu’une toute petite entaille, ce n’est pas vraiment une MGF, c’est requis par la religion, cela garde nos femmes pieuses. J’ai même lu le mensonge selon lequel cela améliore la sexualité des femmes! Vous devrez réserver de la place pour ces arguments. Vous pouvez lui dire que vous avez lu d’autres informations et lui demander si elle souhaite en savoir plus. Si elle dit oui, partagez un article comme celui-ci avec elle.

Comme je l’ai mentionné, il peut être libérateur de briser le silence. Je l’ai fait avec des ami.e.s et des thérapeutes qui voulaient connaître mes sentiments et mes pensées désordonnées. Elles/Ils m’ont donné du temps pendant que je traitais mes confusions, mes doutes et mes peurs.

Donc oui, vous devriez parler des MGF à vos amies. Assurez-vous simplement de le faire avec soin.

Doctor était panéliste et notre expert lors de la discussion de la communauté de pratique sur la santé psycho-sexuelle des survivantes de MGF. Vous pouvez regarder le webinaire ici.

*Ce blog a d’abord été publié par YourTango

Farzana Doctor est une auteure, militante et travailleuse sociale enregistrée basée à Tkaronto qui travaille avec des individus et des couples depuis 1993. Elle est également membre fondatrice de WeSpeakOut.org et du réseau End FGM/C Canada.

Elle a écrit quatre romans. Son dernier, Seven, que Ms Magazine a décrit comme « entièrement féministe et audacieux », a été choisi pour figurer sur plusieurs listes des meilleurs livres 2020 et présélectionné pour les prix Trillium et Evergreen et aborde le sujet des MGF dans sa communauté Dawoodi Bohra. Farzana est également la Maasi derrière Dear Maasi, une nouvelle rubrique sur le sexe et les relations pour les survivantes des MGF. www.Linktr.ee/farzanadoctor .