Parce que les MGF sont étroitement liées aux inégalités de genre,  l’UNICEF appelle à des approches transformatives au niveau du genre (“gender transformative”) pour combattre cette pratique.

“Les programmes transformatives au niveau du genre visent à attaquer les raisons principales des inégalités de genre, et vont au-delà de l’amélioration personnelle chez les filles et les femmes pour rééquilibrer les rapports de force et les structures qui servent à renforcer ces inégalités. Une approche ‘gender transformative’ engage les hommes comme les femmes, les filles comme les garçons, à remettre en cause les normes et les pratiques genrées dangereuses, telles que les MGF.”
(UNICEF, 2020)

La note technique de l’UNICEF (2020) sur les programmes transformateurs de genre pour mettre fin aux MGF. Cet outil a pour but d’aider à mettre en place des programmes anti-MGF qui s’attaquent aux causes profondes de l’inégalité des genres et corrigent les dynamiques et structures de pouvoir qui servent à renforcer les inégalités entre les sexes dans les sociétés.

Tout d’abord, l’outil proposé par UNICEF sert à comprendre la différence entre les normes sociales et les normes de genre, comment ces deux dernières conduisent à la perpétuation des MGF.

“Alors que les changements de normes sociales sont le fait de changer les croyances des personnes, les changements dans les normes de genre requièrent des bouleversements dans les politiques institutionnelles et dans les relations de pouvoir. Contrairement aux normes sociales, les hommes (et certaines femmes) ont un intérêt personnel à supporter des normes genrées discriminatoires qui maintiennent les inégalités dans l’accès aux ressources et au pouvoir.”

La note donne ensuite quelques conseils étape par étape sur la manière de mettre en œuvre des programmes attentifs aux genres.  Avant tout, une analyse de genre est nécessaire dans le but de comprendre comment les rôles genrés, les relations et les processus décisionnels ainsi que les relations de pouvoir entre les femmes et les hommes, les filles et les garçons perpétuent les MGF dans un contexte donné. Cette analyse de genre est très utile dans la construction des programmes.

L’implémentation de programmes transformateurs de genre requiert des interventions aux différents niveaux de la société : depuis les interventions visant à renforcer l’autonomie individuelle, les interventions au niveau du ménage/de la famille, celles au niveau de la communauté, jusqu’aux interventions visant à apporter des changements dans les institutions de la société et dans la législation. UNICEF souligne que les hommes et les garçons devraient être inclus dans les programmes et engagés en tant qu’agents de changement positif en modifiant les relations de pouvoir inégales, en promouvant des masculinités positives et en changeant d’attitudes, de comportements qui sont les causes et les conséquences des MGF tel que le contrôle sur la sexualité et le corps des filles et les femmes.

Il est important de se rappeler que la transformation des rapports de genre prend du temps. Il n’est peut-être pas suffisant de surveiller uniquement l’influence du programme sur la prévalence des MGF. « La transformation de genre sous la forme de changements dans les normes sociales et de genre qui soutiennent les MGF est rarement linéaire. Les progrès peuvent être lents, mais aussi très soudain après des années d’inertie. En même temps, le suivi des approches transformatives de genre pour l’élimination des MGF implique de documenter les changements progressifs. »

Ce diagramme aide à analyser et à comprendre si un programme est discriminatoire, sans considération pour le genre, sensible au genre, réceptif ou même transformateur des rapports de genre.

 UNICEF, 2020


UNICEF, 2019

Pour plus d'information voir la discussion thématique de la CoP sur les "Approches transformatices en matière de genre" (novembre 2021).

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium