Les situations d'urgence augmentent le risque de MGF

Au cours du dialogue des parties prenantes 2020 sur les MGF dans les contextes humanitaires et de crise, les participant.e.s de 31 pays ont partagé leurs connaissances issues de leur travail sur le terrain ou de leurs recherches au sujet des risques que font encourir les MGF et des possibilités de fournir des soins aux survivantes, sont affectés par ces types de crises.

Nous avons énuméré ci-dessous les principales questions soulevées par les participants et dans les recherches actuellement disponibles. Vous trouverez des informations détaillées dans le rapport global du dialogue des parties prenantes.

En temps de crise humanitaire, les problèmes se sont multipliés au sein d’une communauté, ce qui signifie que la plupart des efforts sont consacrés à des questions définies comme urgentes (nourriture, eau, logement, sécurité) ou à des conditions immédiates mettant la vie en danger. Cela explique en partie pourquoi les mutilations génitales féminines ont souvent été négligées dans le secteur humanitaire.

Les pratiques néfastes et les autres formes de VBG augmentent en raison de l'insécurité

Dans les situations d’urgence, l’effondrement général de l’ordre public et des normes sociétales protectrices accroît la vulnérabilité des populations, notamment des femmes et des filles. Les liens sociaux sont perturbés et les difficultés économiques s’aggravent en raison des possibilités d’emploi limitées. Le manque de protection et de stabilité résultant de la fragilité des contextes contribuent souvent à accroître la violence à l’égard des femmes et des filles.

En période de difficultés économiques ou de catastrophe naturelle, par exemple, les parents ou le personnel soignant peuvent être amenés à soumettre leurs filles à des MGF dans des communautés où cela augmente la « chance » d’un mariage précoce. Le mariage d’une fille en temps de crise est un moyen pour les familles d’obtenir un soulagement financier grâce à la dot et de s’assurer que les filles sont protégées et financièrement sécurisées par les liens du mariage. Les MGF peuvent être pratiquées même par des familles qui sont conscientes du préjudice à court, moyen et long terme en raison des avantages immédiats perçus. Parfois, les MGF sont pratiquées pour sauver l'”honneur” de la famille, en particulier si une fille a été victime d’un viol pendant un conflit armé. (Coalition for Adolescent Girls, 2012)

Lorsqu’une communauté est confrontée à l’insécurité, les efforts pour maintenir ou rétablir la paix occupent généralement la majeure partie de l’attention des autorités d’une communauté et l’État de droit ne sera pas aussi fermement mis en œuvre qu’en temps de paix. Par conséquent, l’absence de protection juridique expose davantage les femmes et les filles au risque de subir des MGF, sans conséquences pour les auteurs.rices.

Enfin, les exciseur.se.s traditionnel.le.s peuvent également connaître une instabilité et des difficultés en situation de crise, ce qui peut alimenter leur motivation à poursuivre et même à accroître la pratique pour générer des revenus.

Au Cameroun, en septembre 2012, un rapport a révélé que les inondations avaient mis les familles à rude épreuve sur le plan économique. Un père de famille de la communauté a déclaré : “Si les hommes venaient chercher nos filles, nous les donnerions”.DFID (2013)

Pendant le conflit au Yémen, les familles craignaient que leurs filles ne soient victimes de la traite des êtres humains ou réduites en esclavage. Elles recourent aux MGF et au mariage d’enfants pour ce qui semble être une option plus sûre. (partie prenante)

Les participant.e.s au dialogue international virtuel des parties prenantes ont spécifiquement souligné la nécessité de trouver des moyens de discuter des MGF avec les communautés tout en répondant à leurs principales priorités en temps de crise.

Lorsque les écoles ferment, les filles sont plus en danger

Le fait d’être en classe offre une forme de protection et de prévention aux filles dans les communautés où les mutilations génitales féminines sont courantes. En fait, si les MGF peuvent être pratiquées individuellement, dans de nombreuses communautés, il existe encore ce qu’on appelle des “saisons de la coupure” qui profitent des périodes prolongées de fermeture des écoles, comme (en temps normal) les vacances scolaires, pour que des cérémonies puissent avoir lieu et pour donner le temps nécessaire aux blessures de la coupure de cicatriser.

En temps de crise, les écoles ferment et la protection que la classe offrait aux filles s’effondre. En 2020, la pandémie de COVID a eu pour conséquence que les “saisons des coupures” ont eu lieu plus tôt dans certaines régions de certains pays comme le Kenya et le Nigeria.

En décembre 2020, il a été rapporté que 2 800 filles de la communauté kuria du sud-ouest du Kenya avaient subi des MGF lors d’une fermeture d’école de sept mois liée à la COVID.

Dans tout le sud-ouest du Nigeria, le nombre de filles excisées a augmenté en raison des fermetures d’écoles dues à la pandémie de COVID. En même temps, les efforts de prévention et de protection des MGF n’étaient pas disponibles en raison de l’éloignement social et des restrictions de voyage (Orchid Project, 2020)

Les déplacements de population modifient la dynamique autour des MGF

Le dialogue entre les parties prenantes a montré que lorsque les communautés pratiquant les MGF sont contraintes de se déplacer, elles peuvent anticiper la pratique des MGF avant d’entreprendre le voyage. La raison peut être que les communautés savent que la pratique est illégale dans la région où elles se déplacent, que les familles préfèrent que leurs filles soient excisées par un “exciseur de confiance”, ou que les MGF sont perçues comme une forme de protection pour les filles, en particulier contre la violence sexuelle (généralement les MGF de type III). Par conséquent, les MGF peuvent être pratiquées à un âge différent de celui qui est généralement la norme dans cette communauté, soit à un âge plus précoce (même sur les nourrissons), soit à un âge plus avancé (à l’âge adulte). 

Lorsque les réfugiés bantous somaliens ont été réinstallés aux États-Unis, beaucoup ont circoncis leurs filles dans les camps (certaines n’avaient qu’un an et demi) après avoir été informés que les MGF étaient un délit dans le pays de réinstallation (Munala, 2003)

En se déplaçant, les gens peuvent aussi apprendre la pratique des communautés dans lesquelles ils se sont installés. La pression sociale, la nécessité de s’intégrer dans une nouvelle communauté et de veiller à ce que les filles soient acceptées comme futures mariées jouent un rôle clé dans ce phénomène.

Au Mali, Plan International a découvert que les filles des familles déplacées du Nord qui vivent dans les communautés d’accueil du Sud étaient considérées différemment parce qu’elles n’étaient pas circoncises. Les familles du Nord ont donc ressenti une pression pour pratiquer des MGF sur leurs filles. (DFID, 2013)

Un journaliste a rapporté que les réfugiés syriens en Egypte, où les MGF sont une pratique répandue, faisaient subir cette pratique aux filles afin de garantir la possibilité de mariage des filles. (Observateur de l’UE, 25 septembre 2017)

Impact de la crise sur les survivantes des MGF

En temps de crise, les formes de violence sexiste peuvent augmenter et se multiplier. Par exemple, le viol des filles et des femmes est utilisé comme une arme pendant les conflits armés. Le viol peut être particulièrement dangereux si une fille a été soumise à une MGF, car elle souffrira très probablement de complications, de blessures et de problèmes de santé plus importants.

Dans les camps de réfugiés au Soudan, des filles de dix ans à peine sont tombées enceintes à la suite d’un viol, ayant subi des MGF alors qu’elles étaient encore jeunes, et sont presque mortes en couches. (28 de trop, 2014)

En temps de crise, les ressources sont limitées et les conditions sanitaires médiocres, ce qui augmente la probabilité d’infections après une MGF, limitant l’accès à un traitement spécialisé pour les complications en cas de MGF. Dans ces contextes, les professionnel.le.s de la santé, y compris les psychologues, sont présent.e.s en nombre insuffisant et leur formation sur les MGF est souvent insatisfaisante.

Au Kenya, un certain nombre de situations d’urgence telles que les invasions de criquets, les sécheresses et les inondations ont entraîné des déplacements de population, des moyens de subsistance limités et la submersion d’hôpitaux et de centres de santé. Il est donc extrêmement difficile pour les survivantes de MGF de recevoir des soins adéquats. (expert de l’AMREF lors du dialogue avec les parties prenantes)

“La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines” fait partie du projet “Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF”, soutenu par le “Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF”.
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium