Quelles approches pour intégrer les MGF de manière systématique ?

Lors de la conférence sur l’intégration systématique des MGF tenue à Paris en novembre 2018 par la CoP-MGF, deux panels ont été consacré au partage de bonnes pratiques en matière de “mainstreaming” des MGF dans différents secteurs.

De manière générale l’importance de faire intégrer les MGF parmi les préoccupations des gouvernements a été soulignée, notamment à travers la création de lignes budgétaires spécifiquement dédiées à la lutte contre les MGF ainsi que par l’investissement de multiples ministères sur la question : Ministère de la Santé, Ministère de la Femme/Droits des femmes, des Affaires Sociales mais aussi Ministère des Finances, de la Coopération ou encore des Affaires Étrangères.

Il est également crucial d’impliquer les communautés concernées, y compris les jeunes, de manière systématique et directe dans toutes les étapes des programmes : de la formulation, jusqu’à la mise en œuvre et l’évaluation.

De plus, toute action doit impérativement être suivie et évaluée.

Dans le secteur de la santé

  • Si les MGF constituent une violation grave du droit des filles et des femmes, elles ne sont pourtant que rarement abordées dans les programmes gouvernementaux de lutte contre les violences faites aux femmes (violence conjugale, violences sexuelles, harcèlement sexuel …).
  • Il est important d’intégrer les MGF dans les séances d’éducation sexuelle à travers une approche holistique de la sexualité, privilégiant une méthodologie participative. Aborder les MGF dans un cadre plus large des normes de genre et des dictats de genre concernant la sexualité.
  • Informer les professionnel.le.s dont le travail les amènent à répondre aux besoins primaires des femmes concernées par les MGF, sur les questions de genre et d’égalité.  
  • Il est important de saisir toute opportunité pour intégrer les MGF dans es programmes de santé généraux.
  • Les professionel.le.s de santé ne doivent pas avoir peur d’aborder la question des MGF avec leur patient.e.s

Dans d’autres secteurs

Il faut intégrer les MGF dans les préoccupations des leaders et institutions religieuses.

Il faut mieux outiller le personnel religieux en ne se limitant pas à l’argumentaire religieux mais en axant aussi sur les dimensions médicales et sociologiques.

Les structures religieuses étant généralement fortement hiérarchisées, il est souvent nécessaire d’atteindre les membres les plus élevés dans la hiérarchie, en évitant parfois d’aborder le sujet de manière trop frontale. Les leaders religieux pourront profiter de leurs sermons et de leur influence dans la communauté pour aborder la question des MGF et faire de la prévention.

L’utilisation des médias

Journaux, radios, films populaires, ainsi que des outils tels que le théâtre communautaire pour sensibiliser les communautés, et faire de l’art un vecteur de sensibilisation et de lutte.

Les programmes scolaires

A la fois dans les pays directement touchés par les MGF et dans les pays accueillant des communautés affectées par les MGF.

De nouvelles directions à explorer

La façon dont le réchauffement climatique affecte les MGF peut être un nouveau sujet à explorer.

L’exemple du Kenya a ainsi été donné lors de la conférence : Avec la sécheresse, les éleveurs ont perdu beaucoup de bétail. La coutume voulant que lorsqu’on marie sa fille on reçoit des bêtes, les communautés ont ainsi été incitées à exciser et marier leurs filles plus tôt pour reconstituer leur troupeau.

Les leçons à tirer du "Gender mainstreaming"

L’expérience du “gender mainstreaming”, c’est à dire la prise en compte des inégalités et normes de genre dans les programmes et projets plus larges menés par des organes gouvernementaux, régionaux et supra-gouvernementaux, nous permet d’apprendre des obstacles et erreurs, afin de mieux préparer le “mainstreaming” des MGF.

Les projets uniquement dédiés à la thématique du genre sont tombés dans l’oubli en quelques années, alors que les projets intégrés ont pu continuer à évoluer et à grandir.

Néanmoins plusieurs choses sont à surveiller :

  • Le risque de perdre les fonds spécifiques accordés pour lutter contre les MGF si la question se retrouve diluée dans des programmes plus larges où les MGF n’apparaîtraient plus comme une priorité
  • Le risque de perdre les données et chiffres spécifiques sur les MGF
  • Le risque de ne plus reconnaître le besoin en ressources humaines dédiées à cette thématique
  • Le manque de responsabilisation: si tout le monde est responsable de la question des MGF, personne n’en est vraiment responsable
  • Difficulté à identifier la personne compétente pour définir les priorités dans la lutte contre les MGF
  • L’insuffisance du budget alloué à la lutte contre les MGF reste une préoccupation majeure

Recommandations pour un "mainstreaming des MGF"

Les recommandations ci-dessous ont été présentées par le FGM Donor Working Group lors de la conférence “Mainstreaming des MGF” organisée à Paris par la Cop-MGF en 2017.

  • Intégrer les MGF dans des programmes et secteurs plus vastes, tout en maintenant en parallèle des projets spécialisés sur la question.
  • Assurer une formation systématique et institutionnalisée des professionnel.le.s, en l’incluant dans les formations universitaires.
  • Renforcer la recherche sur les MGF en garantissant le recueil de données spécifiques.
  • Garantir des lignes budgétaires spécifiques et suffisantes
  • S’ouvrir aux nouvelles possibilités de financement tout en restant engagé.e.s vis-à-vis des gouvernements.
  • Demander plus de données transparentes sur les dépenses des gouvernements et le budget réellement consacré aux MGF.
  • Tenir les gouvernements, institutions et organisations de coopération responsables de leurs engagements
  • Encourager une approche du travail qui vise à déconstruire les rôles et stéréotypes de genre.
  • Renforcer le suivi et l’évaluation des programmes et projets visant l’abandon des MGF.
  • Impliquer systématiquement les communautés concernées dans les actions et travaux, y compris les jeunes générations. Des financements accessibles sont nécessaires (petites sommes et flexibilité des subsides)

« La Communauté de pratique sur les mutilations génitales féminines » fait partie du projet « Bâtir des ponts entre l’Afrique et l’Europe pour lutter contre les MGF », soutenu par le « Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des MGF ».
Le projet est coordonné par AIDOS en partenariat avec GAMS Belgique

Les opinions exprimées sur ce site web sont celles des auteur.e.s et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l’UNFPA, de l’UNICEF ou de toute autre agence ou organisation.

© Copyright : GAMS Belgium